Highlights of my report on FCRA declarations between 2006-2019

PDF version in the archives page

This text is the synthesis of a 30-page analysis based on a workbook with 60 interconnected spreadsheets, available in the archive. Enthusiasts are most welcome to take up this work, enhance it, complement it or even correct it if need be. 

  1. The first observation is that these declarations are not completed in a conscientious and professional manner;
  2. funds are supposedly received for one use and often allocated to another;
  3. end-of-year balances are not carried over correctly to the start of the following year and their carry-over can vary by tens of millions of dollars each year;
  4. then the simple additions and subtractions often do not correspond to anything, which can lead to fanciful end-of-year balances (in 2014, the disparity was for example $53 million…).
  5. It seems that the declarations are completed by amateurs who have no idea of ​​accounting and that they are not audited. Which is hard to believe after more than thirty-three years of touring the world. Moreover, the law stipulates the intervention of a chartered accountant and consolidation with bank accounts. So technically the declaration should correspond exactly to the bank statements.
  6. Most of the funds raised in the name of charitable activities during programmes in the West are in fact allocated to income-generating activities. Indeed, with its for-profit schools and hospitals, the organisation generates a lot of money in India. I will deal with this subject in the next chapter.
  7. In thirteen years, 53% of foreign funds have been collected for hospital projects while only 13% of these funds have been used for this purpose. Even so, it is about (as mentioned in the statements) “construction / running of hospitals / dispensary / clinic” which are paying institutions extending paid services. We will see later that the hospital (AIMS), supposedly dedicated to providing advanced care to the poor, only devotes itself to them in a ridiculously low percentage – percentage being further reduced by the State subsidies, more specifically to the PMNRF[1], the Prime Minister National Relief Fund.
  8. The same goes, as we will see later, for specialised schools and colleges, to which 5% of donations are allocated, which are also paying institutions, and even reputed to be expensive compared to the competition. In present-day India, education and health are indeed thriving private sector activities.
  9. Over the last thirteen years, $130 million (on average 10 million per year) have been declared as collected abroad while only $7.6 million (on average $583,800 per year) have actually been spent on charitable and other emergency relief activities, making it an average percentage of 4% of funds received. However, since averages blunt and weaken reality, let us zoom in on some details:
    • from 2009 to 2017, in eight years, 0% of the $67.2 million of declared foreign funds collected were spent on charity…
    • except in 2013 when $140,000, or 1.18% of the funds raised that year, were collected for this purpose, whereas a scant $61,400 or 0.69% was reported as spent on emergency aid.
  10. In general, we have observed that, in the case of emergency relief activities, the organisation spends almost nothing out of its own pocket. It collects funds abroad and transfers them to the field, sometimes adding 1% – a percentage it was probably able to withdraw from other amounts received, since there is often no correspondence between the allocation of funds at the source and on the field[2]. On the other hand, it does not fail to take the merit of humanitarian action and also makes it the basis for the next advertising campaign to attract even more millions for its health and education businesses or to simply increase its capital.
  11. Having been directly involved in the heart of the organisation, I know how important it has always been for A. to “sell” her charitable activities to raise funds, but I never imagined it to that extent. Behind the propaganda façade, the reality of the generosity of this organisation is this “1%”, while it pumps from foreign taxpayers an average of $10 million per year. That said again, this 1% may well have been taken from amounts allocated for other purposes. In this highly probable realistic case, the generosity of this organisation out of its foreign funds would rather amount to “0%”.
  12. Let us see what the annual percentage of “funds used” is:
    • During these thirteen analysed years, on average, only 55% of all the foreign funds collected were used;
    • in 2007, only 31% of the $14.9 million raised was used;
    • in 2008, it was 13% of the $24 million raised;
    • in 2009 it was… (excluding 3.5 million bank interest) 0.66% of the $7.9 million collected, in other words, only $75,434 used according to the goals and objectives of the NGO. What happened to the remaining 99.34% of the funds? This is unknown.
      We do not have proof of their use, but we believe they have been invested. Indeed, the organisation prides itself on bank interest income of up to $3.7 million per year. I let you imagine the capital necessary to obtain such an amount of interest. I have put together a table with my relative estimates which you will find in the appendix. To generate such interest in the West, it would take at least $300 million, while in India where the rates are 5-7% on a fixed deposit account, about $75 million would suffice.
  13. 8% of the funds were collected to build one or more boarding schools for disadvantaged students but only 3% of these funds were devoted to them;
  14. 5% of the funds were collected for the construction and maintenance of schools; the organisation added 7%, probably taking the additional funds allocated to other purposes;
  15. the allocation of funds also seems arbitrary, even if it may partially be the constraints and restrictions posed by the declaration forms. For example, do devotees and foreign charitable institutions know that they are not giving to “charitable activities”, but for “construction and extension of administrative and buildings” as in 2006, 2009 and 2010 for an amount of $13.2 million? Or for the creation of an “endowment fund”[3], as in 2009 and 2010 for an amount of $12.2 million? Moreover, these two purposes are not even reported in the summaries highlighted on the first page of the forms. You have to search the detail of the twenty pages of each declaration to find them. This also shows that the detail and the summary of the declarations are not necessarily matching.
    Here are some examples of the allocation of funds that emerge from the declarations:
    • “Direct Relief International”, a US NGO, has several times given large sums (up to $610,000 in all) which were not allocated to relief activities but to “other expenses”, between 2009 and 2011.
    • Did Amma Europe in Belgium donate $1.8 million specifically to fund an endowment fund in 2010?
    • In 2011, up to $12.8 million was allocated to “other expenses”. The same goes for 96% of global individual donations for a total of $1.9 million.
    • Is the Austrian Benedictine monastery which donated $424,000 in 2011 aware that its donation has been allocated to “other expenses”?
    • In 2012, the bulk of funds, totalling $4.2 million, were also allocated to “other expenses”, such as 58% of global individual donations.
    • The list is far too long to include here. More information in the detailed report, see appendix.
  16. In addition, in almost every year, there are large discrepancies between the detail of institutional and individual donations received and the summary reported at the top of the declaration. Sometimes the amounts are negative, sometimes positive. The total cumulative discrepancy amounts to $4.6 million.
  17. The balances carried forward are all wrong with sometimes astronomical variations totalling $195 million. These are gross accounting anomalies. Carrying over the balance from a previous year when making a declaration is an extremely simple operation. Only once, out of the thirteen years studied, did we find a balance carry-forward from the previous year with only a variation of $33. This leads us to believe that reporting errors may not be the result of simple negligence.
  18. Other than that, as of 2014 we have noted that the organisation is unable to do simple additions and subtractions which resulted in cumulative year-end balance errors of an additional $70.3 million.
  19. Sometimes 200% of funds received were used during the year, and this, while still showing a positive end-of-year balance. The disparities are gross, and the scale of the anomalies is phenomenal.
  20. In addition, officially nothing appears on the proceeds of sales of derivative articles during programmes abroad. During her service, Gail kept notes for each year, for each programme, the total amount received in donations during the ceremony preceding the Devi bhāva as well as the amount of sales. For example, in 1999, more than twenty years ago, she noted that during the fourteen days of stay at the California Center of San Ramon, $32,000 had been collected in donations, the proceeds of the sales represented more than seven times that amount, i.e. $230,000. Compared to donations, the shop sales are proportionately higher in the United States than in Europe, but it certainly represents a few tens of millions. I presume that it is Amma Europe in Belgium which collects the proceeds from the sales of the travelling shop and in the USA, it’s the MA Center. It is interesting to note that we find these amounts allocated at the end of the chain, in the declaration of foreign funds, under various denominations as if they were donations. In other words, these structures seem to exercise a non-profit commercial activity since they transmitted all the funds from the sales in the form of donations to the parent organisation. Thus, in the eyes of the Indian authorities, this money does not come from commercial activities abroad but from selfless donations.
  21. Finally, nothing is known about national (Indian) cash inflows. Twenty-five years ago, A. already informed me that national income had become significantly higher than international income. These foreign tax returns are therefore probably the tip of the iceberg. But as such, this allows us to have a fairly precise notion of the practices of the organisation and its mis/management.
  22. From 2014 onwards, the declaration form has changed which makes it impossible to compare with other years. So, I have summarised the percentages for the eight years (out of thirteen) between 2006 and 2014 in pie charts below that bring together institutional and individual funds. For the full period up to March 2019, the total revenue is $130 million.

On the left, you will find the funds received and how they were allocated, and on the right, how these funds were used, “if applicable”.


We are looking here at the “figures”, not at the promotion and complimentary propaganda figuring on the organisation’s websites and the advertising brochures shown during the programmes in the West.

 

Obligations of NGOs and the reality of the organisation

The organisation may have acquired consultative status with the UN, yet it does not seem to have assimilated any of the founding principles of international organisations such as good governance, transparency, accountability, independent auditing and evaluations, respect for ethics and procedures.

The rather sober, less brilliant, even rather cynical reality is the following: on the one hand, $130 million are declared collected from abroad for charity, on the other, only 4% of this amount is used in the field for charitable purposes; 41% of the remainder is used in building an entrepreneurial empire and 55% is banked to generate millions of interests. In other words, when you donate $100, $4 will go to the field, $41 will be for business, and $55 for savings. Call it, fraud, call it deceit, call it breach of trust, misuse of donations, embezzlement, donations harvested under false pretences, whatever you may call it, this is so huge that it defies understanding!

“Let us think about all those devotees who feel ‘loved’…” Gail told me recently, “if that “love” were genuine, would she not return it to them by respecting and honouring their gifts and truly using them for charity, without betraying their trust?”

Not to mention that if she was able to build her entrepreneurial empire allowing her organisation to live comfortably today from its national income, it is thanks to the money of Westerners, thanks to these funds that she received in love and trust and which she used, dare we say, in disloyalty and dishonesty.

So, let us stop foolishly repeating baseless rationalisations and justifications and let us just face the figures: the rate of the institution’s deceit is 96%! But as we know in this world, the greater the shenanigans, the more inconspicuous they are. However, the deception here is much more perverse because it instrumentalises the emotional, love, the heart, the spiritual and all that is noble, towards which people aspire all their life. To deceive the very same people it claims to serve, by affecting both ends of the chain: on the one hand, the devotees seeking love, acceptance, enlightenment and on the other, the destitute, those in misery and in poverty in whose name she goes fishing in the pockets of working people.

The organisation’s websites are highly promotional, there is no mention of accounts anywhere. Small anecdote: many years ago, during A.’s visit to Paris, I had brought her the annual report of the “Restos du Cœur” (a French charity feeding the destitute) that I had received in the mail. It was an A3 sheet folded in two with four pages of report, accounting, graphics with figures and percentages. This type of report is a common practice. I presented it to A., and I argued that this form of transparency would facilitate fundraising by improving the credibility of the institution. Without commenting, she handed it to Balu, 002, director of the institution, who was present at the time. The latter took it with disdain and without uttering a single word, put it down somewhere as he left the room. End of subject.

 

The world of international organisations, humanitarian organisations, NGOs and the UN is an environment that I know well, having worked in it for twenty years in Geneva, among others within MSF Switzerland (Doctors without Borders), as well as within the ICRC (International Committee of the Red Cross) in Geneva. By way of comparison, a few years ago, MSF Switzerland prided itself of devoting 78% of its fundraising to project beneficiaries, given that such an organisation has much higher operating costs than the institution of A., if only in wages. Even the ICRC, with a different governance and a near-diplomatic status, devoted 56% of its $2 billion budget to the field (and was also reprimanded by the Swiss Confederation, this percentage being considered too low). MSF and the ICRC, given their size, are exceptions here. At MSF Switzerland, there were 200 employees in Geneva and 2,000 around the world. At the ICRC, there were ten times more, at headquarters and around the world. That is a lot of payroll. As a general rule, for smaller NGOs, the standard expectation is that 80% of revenue minimum should go to the field. According to some institutional donors, this requirement can even go up to 88%. An NGO that devotes less than 80% of its funds to projects in the field would be publicly criticised and would no longer be funded. Not to mention that if an NGO received funds for one purpose and used them for another, institutional donors would demand the reimbursement of funds and blacklist the organisation. Moreover, the State would cancel its status of public interest and tax exemption! One has to admit here that the institution of A., is capable of a unique tour de force in the world and even more, neither the donors nor the States are raising any questions.

Donations from affiliated organisations

In my analysis report of declared foreign funds, we will find, as already mentioned, the details of what each of the affiliated organisations (other A.-Centres and A.-legal bodies around the world) transferred to the parent institution in India and with what purpose. Here are some examples of what can be found among the twenty affiliated organisations on the European continent. It should be noted from the data that out of the $46,613,115 collected in Europe for the period between 2006 and 2019, nothing seems to have been collected in the name of emergency relief (REL). Let us see some examples of the total funds sent with their allocation:

From these figures, one can see what affiliate organisations have sent / how funds sent have been allocated by the parent organisation, such as:

  1. the French Centre gave $1.2 million for the construction of offices (23% of its total over 13 years) and 704,000 (13%) as “other activities”;
  2. Amma Europe donated $3.3 million for an “endowment fund” (20%), $1.7 million for “office construction” (10%), $2.6 million for “other expenses” (16%) and 209,000 (1.3%) for “other activities”;
  3. and so on; the affiliated organisations that wish to consolidate the detail in appendix with their accounting books can do so with the files available online (see appendix) [4].

Here are the total amounts received in Europe from affiliated organisations and their distribution according to the declarations:

 

Same thing for the USA and Canada:

Same thing for the whole world:

In each of the pie charts, the grey areas are of similar size. This will not be the case with regard to individual donations, as will be seen below.

Aside from this $93.6 million from affiliate organisations, $76 million were donated by other independent organisations and businesses.

 

Donations from individuals

Here is how the donations collected from individuals around the world, and declared (because they were paid into bank accounts), were allocated. This is $17.6 million over the same period (except 2007 and 2008 when the individual donations were omitted from the declarations – one can only wonder. Why wasn’t this picked up by the authorities? It is therefore eleven out of the thirteen years from 2006 to 2019:

You will find the same thing here, represented in percentages. The purposes are listed on the left; regions of the world on the top: Europe, United States and Canada, Asia, Middle East, and the world, representing the total.

The colour codes are the same. The bottom three lines summarise the table. The figures speak for themselves: only 2.22% of individual donations were allocated to social and humanitarian purposes. In other words, in the period that concerns us here between 2006 and 2019, from your personal and individual donation of say $100 for A.’s charitable works, only $2.22 was dedicated accordingly. The remainder, namely $31 was devoted to strengthening the entrepreneurial activity of the organisation and $66 was either spent on behalf of “other expenses” or on other unknown activities, or simply invested.

Speaking of individual donations, here is an overview of donations over $10,000 and their allocation: over the thirteen-year period, 286 people gave $6.9 million, some up to 150, 250, or even 400k. The graph shows how these donations were allocated: 5% in social (including 0% in relief), 25% for business and 73% for purposes such as other expenses, other activities, construction of offices and endowment funds. This is the worst chart of the lot: a predominant amount of grey…

You may still have reservations and wish to assume that health and education facilities are part of the charitable activity. Even if this were the case, look at the contrast between the coloured and grey parts on the charts. Though this would improve the image, the bulk of the problem visible to the naked eye would essentially remain the same. Namely the massive appropriation of donations for purposes other than the stated social and humanitarian objectives. THE END.

___________________
NOTES

[1] https://pmnrf.gov.in/en/

[2] Indeed, funds received for a goal X can be spent for a goal Y, without relation between the two. I am not talking here, for example, of allocating funds collected for flood victims and devoting them to drought victims. No, as we will see, these are often funds raised for “humanitarian” purposes and used for “entrepreneurial or savings” purposes.

[3] https://corporatefinanceinstitute.com/resources/knowledge/trading-investing/endowment-fund/

It all depends of course on how this fund is used. Considering the lack of transparency of the declarations of this organisation and the way funds are managed, reservation is recommended.

[4] Moreover, the team from Embezzling the world finds discrepancies between the declarations of the Californian MA Center with the FCRA declarations of the organisation in India. The US Center declares millions of dollars as donated, when the MA Math FCRA form mentions 0 dollars received. The team invites every Center in the world to do the same consolidation. https://embezzlingtheworld.blogspot.com/2015/01/financial-discrepancies-between-indian.html

 

Points saillants de mon rapport sur les déclarations des fonds étrangers entre 2006 et 2019

Version PDF dans la page d’archives

Ce texte est la synthèse d’une analyse de 30 pages basée sur un classeur de 60 tableurs interconnectées, disponibles en archive. J’invite au passage tout volontaire enthousiaste à reprendre mon travail, à l’améliorer, le compléter, voire le corriger le cas échéant.

  1. La première observation, c’est que ces déclarations ne sont pas remplies de manière consciencieuse et professionnelle ;
  2. les fonds sont soi-disant reçus pour une utilisation et souvent attribués à une autre ;
  3. les soldes de fin d’année ne sont pas reportés correctement en début d’année suivante et leur report peut varier de plusieurs dizaines de millions de dollars chaque année ;
  4. ensuite les additions et soustractions souvent ne correspondent à rien, ce qui peut mener à des soldes de fin d’année fantaisistes (en 2014, la disparité était par exemple de 53 millions de dollars…).
  5. On a l’impression qu’elles sont remplies par des amateurs n’ayant pas la moindre idée de la comptabilité et qu’elles ne sont pas auditées. Mais bon, c’est difficile à croire après plus de 33 ans de tournées mondiales. En outre, la loi stipule pourtant l’intervention d’un comptable agréé et la consolidation avec les comptes bancaires ! Donc normalement la déclaration devrait correspondre à la roupie près aux mouvements de comptes.
  6. La plupart des fonds collectés au nom d’activités caritatives pendant les programmes en Occident se trouvent en fait alloués à des activités rémunératrices. En effet, avec ses écoles et ses hôpitaux payants, l’organisation génère beaucoup d’argent en Inde. Je traiterai de ce sujet dans le chapitre suivant.
  7. En 13 ans, 53 % des fonds étrangers ont été collectés pour des projets hospitaliers alors que seuls 13 % de ces fonds ont été utilisés à cet effet. Même ainsi, il s’agit (selon les termes des déclarations) de “construction / frais d’exploitation d’hôpitaux / dispensaires / cliniques” payantes pour les patients. Nous verrons plus tard que l’hôpital (AIMS), soi-disant consacré à fournir des soins de pointe aux pauvres ne se consacre à eux que dans un pourcentage ridiculement faible et qui plus est, grâce aux subventions de l’Etat, plus spécifiquement du PMNRF[1], Prime Minister National Relief Fund (fond de secours national du premier ministre).
  8. De même, nous le verrons également plus tard, les écoles spécialisées et les collèges, auxquels sont alloués 5% des dons sont des institutions payantes également, et même réputées pour être chères par rapport à la concurrence. Dans l’Inde actuelle, l’enseignement et la santé sont effectivement des activités florissantes du secteur privé.
  9. Sur les 13 dernières années, 130 millions de dollars (en moyenne 10 millions par an) ont été déclarés comme collectés à l’étranger alors que seuls 7,6 millions de dollars (en moyenne 583 800 $ par an) ont été effectivement dépensés en activités caritatives et autres activités de secours d’urgence, ce qui fait un pourcentage moyen de 4 % des fonds reçus. Toutefois les moyennes émoussent et affadissent la réalité. Zoomons un peu sur quelques détails :
    • de 2009 à 2017, en huit ans, 0% des 67.2 millions de $ de fonds étrangers déclarés récoltés ont été dépensés en caritatif…
    • à part en 2013 quand 140 000 $, soit 1.18% des fonds récoltés cette année-là, ont été collectés à cette fin, alors que seulement 61 400 $, soit 0,69 % ont été déclarés comme dépensée en aide d’urgence.
  10. En général nous avons pu observer que, dans le cas d’activités de secours d’urgence, l’organisation ne dépense quasiment rien de sa propre poche. Elle collecte les fonds à l’étranger et les transfère au terrain, parfois y ajoutant 1 % — pourcentage qu’elle a pu prélever des autres montants reçus puisqu’il n’y a souvent pas de correspondance entre l’allocation des fonds à la source et sur le terrain[2]. Par contre elle n’omet pas de s’attribuer le mérite de l’action humanitaire et en fait d’ailleurs une base de campagne publicitaire supplémentaire pour attirer encore plus de millions pour son business de santé ou d’éducation ou pour augmenter son capital.
  11. Ayant été directement impliqué dans le cœur de l’organisation, comme dit précédemment, je sais combien il a toujours été important pour elle de “vendre” ses activités caritatives pour récolter des fonds, mais je ne l’imaginais jamais à ce point-là. Derrière la façade de propagande, la réalité de la générosité de cette organisation est ce “1%”, alors qu’elle pompe auprès des contribuables étrangers une moyenne de 10 millions de $ par an. Ceci dit à nouveau, ces 1 % peuvent très bien avoir été prélevés des montants attribués à d’autres buts. Dans ce cas très probablement réaliste, la générosité de cette organisation à partir de ses fonds étrangers serait plutôt de “0 %”.
  12. Voyons quel est le pourcentage annuel des fonds “utilisés” :
    • Lors de ces treize années analysées, seuls 55 % de la totalité des fonds étrangers récoltés ont été utilisés en moyenne ;
    • en 2007, seuls 31% des 14.9 millions de $ récoltés ont été utilisés,
    • en 2008, c’était 13% des 24 millions de $ récoltés,
    • en 2009 c’était… (en faisant abstraction des 3.5 millions d’intérêts bancaires) 0,66% des 7.9 millions de $ récoltés, soit seulement 75 434 $ utilisés selon les buts et objectifs de l’ONG. Qu’a-t-il été fait des 99,34% des fonds restants ?
      Nous n’avons pas la preuve de leur utilisation mais nous pensons qu’ils ont été investis. En effet, l’organisation se targue de revenus sur intérêts bancaires pouvant atteindre les 3.7 millions de dollars par an. Je vous laisse imaginer le capital nécessaire pour obtenir un tel montant d’intérêts. J’ai constitué une table avec mes estimations relatives que vous trouverez en annexe. Pour générer ces intérêts en Occident, il faudrait au bas mot 300 millions de dollars, alors qu’en Inde où les taux sont de 5 à 7 % sur un compte de dépôt fixe, environ 75 millions suffiraient.
  13. 8 % des fonds ont été collectés pour construire un ou des internats pour des étudiants défavorisés mais seulement 3 % de ces fonds leur ont été consacrés ;
  14. 5 % des fonds ont été collectés pour la construction et l’entretien d’établissements scolaires ; l’organisation y a ajouté 7 %, en prenant le complément probablement de fonds attribués à d’autres buts ;
  15. L’attribution des fonds semble d’ailleurs arbitraire, même s’il peut s’agir partiellement des contraintes et restrictions posées par les formulaires de déclaration. Par exemple, les fidèles et les institutions de bienfaisance étrangers savent-ils qu’ils ne donnent pas pour du “caritatif”, autrement dit de la bienfaisance, mais pour de la “construction et l’extension de bâtiments administratifs et de bureaux” par exemple, comme en 2006, 2009 et 2010 pour un montant de 13,2 millions de dollars ? Ou pour la création d’un “fonds de dotation”[3], comme en 2009 et 2010 pour un montant de 12,2 millions de dollars ? Ces deux buts ne se trouvent d’ailleurs pas reportés dans les résumés mis en exergue en première page des formulaires. Il faut fouiller le détail des vingt pages de chaque déclaration pour les trouver. Ce qui démontre qu’il n’y a pas obligatoirement de correspondance entre le détail et le résumé des déclarations.
    Voici d’ailleurs quelques exemples de l’attribution des fonds qui ressort des déclarations :
    • Direct Relief International” (relief = secours), ONG américaine, a donné plusieurs fois de gros montants (jusqu’à 610 000 $ en tout) qui n’ont pas été attribués aux activités de secours mais à “autres dépenses”, entre 2009 et 2011.
    • Amma Europe en Belgique a-t-elle donné 1.8 million de $ spécifiquement pour alimenter un fonds de dotation en 2010 ?
    • En 2011, jusqu’à 12.8 millions de $ ont été attribués à “autres dépenses”. Même chose pour 96% des dons individuels mondiaux pour un total de 1.9 million de $.
    • Le monastère bénédictin autrichien qui a donné 424 000 $ en 2011 est-il au courant que son don a été destiné à “autres dépenses” ?
    • En 2012, la majeure partie des fonds, totalisant 4,2 millions de $ a aussi été attribuée à “autres dépenses”, comme 58% des dons individuels mondiaux.
    • La liste est beaucoup trop longue pour l’inclure ici. Je vous en laisse parcourir le détail dans notre archive (voir annexes).
  16. Par ailleurs, quasiment chaque année, il y a de vastes écarts entre le détail des dons institutionnels et individuels reçus et le résumé reporté en haut de la déclaration. Parfois les montants sont négatifs, parfois positifs. Le total des écarts cumulés est d’un montant de 4,6 millions de dollars.
  17. Les reports de soldes sont tous erronés avec des variations parfois astronomiques totalisant 195 millions de dollars. Il s’agit d’anomalies comptables grossières. Reporter le solde de l’année précédente quand on fait une déclaration est pourtant une opération très simple. Une seule fois, sur les treize années étudiées, nous avons trouvé un report de solde à peu près juste correspondant à 33 $ près à l’année précédente. Ceci nous permet de penser que les erreurs de report pourraient ne pas résulter d’une simple négligence.
  18. À part cela, à partir de 2014 nous avons noté que l’organisation est incapable de faire de simples additions et soustractions, ce qui a résulté en des erreurs de solde de fin d’année cumulés de 70,3 millions de dollars supplémentaires.
  19. Parfois 200 % des fonds reçus ont été utilisés en cours d’année, et ceci, tout en faisant apparaître un solde de fin d’année positif. Les disparités sont grossières et l’ampleur des anomalies est phénoménale.
  20. Par ailleurs, officiellement rien n’apparait sur le produit des ventes d’articles dérivés lors des programmes à l’étranger. Du temps de son service, Gail tenait des notes pour chaque année, pour chaque programme, du total des montants reçus en dons lors de la cérémonie précédent la Devi bhāva ainsi que le montant des ventes. Par exemple en 1999, il y a plus de vingt ans, elle notait que lors des quatorze jours de séjour au centre californien de San Ramon, si 32 000 $ avaient été collectés en dons, le produit de la vente représentait plus de sept fois plus, soit 230 000 $. La vente est proportionnellement plus élevée aux États-Unis qu’en Europe par rapport aux dons, mais cela représente certainement quelques dizaines de millions. Je présume que c’est Amma Europe en Belgique qui récolte le produit de la vente du magasin ambulant et aux USA, le MA Center. Il est intéressant de noter que nous trouvons ces montants attribués en bout de chaîne, dans la déclaration des fonds étrangers, en fonction de diverses rubriques comme s’il s’agissait de donations. En d’autres mots, ces structures exerceraient une activité commerciale non lucrative puisqu’elles transmettraient intégralement les fonds de la vente à la maison-mère sous forme de donations. Depuis l’Inde, aux yeux des autorités, cet argent ne provient pas d’activités commerciales mais de dons désintéressés.
  21. Enfin, on ne sait rien des rentrées d’argent nationales (indiennes). Il y a vingt-cinq ans, A. m’informait déjà que les revenus nationaux étaient devenus nettement supérieurs aux rentrées d’argent internationales. Ces déclarations de revenus étrangers représentent donc probablement la pointe de l’iceberg. Mais en tant que tel, ceci nous permet d’avoir une notion assez précise des pratiques de l’organisation et de sa gestion.
  22. A partir de 2014, le formulaire de déclaration a changé ce qui rend impossible la comparaison avec les autres années. J’ai donc récapitulé les pourcentages des huit années (sur treize) entre 2006 et 2014 dans des camemberts ci-dessous qui réunissent les fonds institutionnels et individuels — pour la période complète jusqu’à mars 2019, la totalité des revenus est de 130 millions $.

On trouvera à gauche, les fonds reçus et comment ils ont été alloués, et à droite, comment ces fonds ont été utilisés, “le cas échéant”.


Nous regardons ici les chiffres, pas la publicité ou la propagande alors que les sites de l’organisation sont très élogieux comme les plaquettes de publicité montrées pendant les programmes en Occident.

 

Obligations des ONG et réalité de l’organisation

L’organisation a beau avoir acquis un statut consultatif auprès de l’ONU, elle ne semble pourtant pas en avoir acquis les principes internationaux fondamentaux comme la bonne gouvernance, la transparence, la responsabilité, l’audit et les évaluations indépendantes, le respect de l’éthique et des procédures. Malheureusement, dans les milieux internationaux, le terme “responsabilité” est plus réducteur que l’original anglais “accountability”, concept impliquant en fait d’être redevable de comptes et de résultats. Ainsi, la participation au travail mondial au niveau des Nations Unies est davantage due à l’influence et au réseau de cette organisation arriviste n’ayant rien de la culture requise, de la noblesse et d’un mode de fonctionnement digne et éprouvé.

La réalité plutôt sobre, moins reluisante, voire plutôt cynique, est la suivante :  d’un côté 130 millions $ sont déclarés récoltés depuis l’étranger au titre de caritatif, de bienfaisance et de l’autre, seuls 4 % de ce montant sont utilisés sur le terrain à des fins caritatives ; 41 % du reste sont utilisés dans la construction d’un empire entrepreneurial et 55 % sont placés en banque pour générer des millions d’intérêts. En d’autres mots, quand vous donnez 100 $, 4 $ iront sur le terrain, 41 $ seront consacrés aux affaires et 55 $ à l’épargne.  Appelez cela de la fraude, de la tromperie, de l’abus de confiance, d’utilisation abusive de donations, de détournement, de récolte de donations sous de faux prétextes, appelez-le ce que vous voulez mais c‘est tellement gros que cela défie l’entendement !

“Pensons à tous ces fidèles qui se sentent “aimés”…” me disait Gail récemment, “si cet “amour” était sincère, ne le leur renverrait-elle pas en respectant et honorant leurs dons en les utilisant vraiment pour de la bienfaisance, sans trahir leur confiance ?”

Sans compter que si elle a pu construire son empire entrepreneurial permettant à son organisation de vivre confortablement aujourd’hui de ses revenus nationaux, c’est grâce à l’argent des occidentaux, grâce à ces fonds qu’elle a accueillis dans l’amour et la confiance et qu’elle a utilisé, osons le dire, dans la déloyauté et la malhonnêteté.

Donc, cessons de répéter bêtement des rationalisations et justifications sans fondement et regardons simplement les chiffres en face : l’institution trompe son monde à 96% ! Mais comme on le sait en ce monde, plus les entourloupes sont grosses, plus elles marchent. Ici la tromperie est d’ailleurs autrement plus perverse car elle instrumentalise l’émotionnel, l’amour, le cœur, le spirituel et tout ce qui est noble, ce vers quoi les gens aspirent toute leur vie, pour tromper les mêmes personnes qu’elle prétend servir, en affectant les deux extrémités de la chaîne : d’un côté, les fidèles en demande d’amour, d’acceptation, d’illumination et de l’autre, les démunis, ceux qui sont dans la misère et au nom de qui elle va chercher l’argent dans la poche des gens qui travaillent.

Les sites de l’organisation sont publicitaires et promotionnels, il n’est nulle part question de comptes. Petite anecdote : il y a de nombreuses années, lors d’une visite d’A. à Paris, je lui avais moi-même apporté le rapport annuel des Restos du Cœur que j’avais trouvé dans ma boîte aux lettres en passant. Il s’agissait d’une feuille A3 pliée en 2 avec 4 pages de rapport, de comptabilité, de graphismes avec montants et pourcentages. Ce type de rapport est une pratique courante et j’avançais que cette forme de transparence permettrait même, en augmentant la crédibilité de l’institution, de récolter plus de fonds. J’en fis la présentation à A. en l’expliquant brièvement. Sans faire de commentaire, elle le remit à Swami Amritaswarupananda (Balu), directeur de l’institution, présent à ce moment-là. Ce dernier le prit avec dédain et le posa quelque part en partant, sans se fendre d’une seule parole. Fin du discours.

Le milieu des organisations internationales, humanitaires, des ONG et de l’ONU est un milieu que je connais bien pour y avoir travaillé pendant vingt ans à Genève, entre autres, au sein de MSF Suisse, comme au sein du CICR à Genève. A titre de comparaison, MSF Suisse se targuait de consacrer, il y a quelques années, 78 % de sa récolte de fonds aux populations bénéficiaires des projets, compte tenu qu’une telle organisation a des frais de fonctionnement bien plus importants que l’institution d’A., ne serait-ce qu’en salaires. Même le CICR, ayant un fonctionnement gouvernemental différent et un statut quasi diplomatique, consacrait 56 % de son budget de 2 milliards $ aux projets sur le terrain (et se fit d’ailleurs rappeler à l’ordre par la Confédération Suisse, avançant que ce pourcentage était trop faible). MSF et le CICR, vu leur taille, sont ici des exceptions. Chez MSF Suisse, il y avait 200 employés à Genève et 2000 dans le monde. Au CICR, il y en avait dix fois plus, au siège et dans le monde. Ça fait beaucoup de salaires. En règle générale, au sein de petites ONG, la norme est de 80% minimum à consacrer au terrain. Selon certains bailleurs de fonds institutionnels, cette exigence peut aller jusqu’à 88%. Une ONG qui consacrerait moins de 80 % de ses fonds aux projets se trouverait publiquement décriée et ne serait plus financée ! Sans compter que si une ONG recevait des fonds pour un but et les utilisait pour un autre, les donateurs institutionnels exigeraient le remboursement des fonds octroyés et placeraient cette organisation sur liste noire. Par ailleurs, le cas échéant, elle perdrait son statut d’utilité publique et d’exemption d’impôts ! Il faut admettre ici que l’institution d’A., est capable d’un tour de force unique au monde et plus encore, qu’elle ne semble pas inquiétée pour autant, ni par ses donateurs ni par l’Etat.

 

Dons des organisations affiliées

Dans mon rapport d’analyse des fonds étrangers déclarés, on trouvera, comme déjà évoqué le détail de ce que chacune des organisations affiliées (les autres Centres et autres personnes morales A.) à l’institution mère en Inde a donné et avec quel objectif. Voici quelques exemples de ce que l’on pourra trouver parmi les 20 organisations du continent européen. On notera à partir des données, que sur les 46 613 115 $ récoltés en Europe, rien ne semble avoir été collecté au nom de secours d’urgence (REL). Voyons quelques exemples de la totalité de fonds envoyés pour la période entre 2006 et 2019 avec leur attribution :

A ces chiffres, on peut voir ce que les organisations affiliées ont envoyé / comment les fonds envoyés ont été alloués par l’organisation mère, comme par exemple que :

  • le centre français a donné 1,2 millions $ pour la construction de bureaux (23% de son total sur 13 ans) et 704 000 (13%) au titre d'”autres activités” ;
  • Amma Europe a donné 3,3 millions $ pour un “fonds de dotation” (20%), 1,7 millions pour la “construction de bureaux” (10%), 2.6 millions pour d'”autres dépenses” (16%) et 209 000 (1,3%) pour d'”autres activités”
  • et ainsi de suite ; les organisations affiliées souhaitant consolider le détail en annexe avec leurs livres comptables pourront le faire avec les fichiers à disposition en ligne (voir annexes) [4].

Voici les totaux des montants reçus en Europe de la part des organisations affiliées et leur répartition selon les déclarations :

Même chose pour les USA et le Canada :

Même chose pour le monde entier :

Dans chacun des camemberts, les zones grises sont de dimensions semblables. Ce ne sera pas le cas par rapport aux donations individuels, comme on le verra ci-après.

A part ces 93.6 millions de $ de la part d’organisation affiliées à la maison mère, 76 millions de $ ont été donnés de la part d’autres organisations et entreprises, externes ou non affiliées.

 

Dons des particuliers

Voici maintenant comment les dons des particuliers récoltés dans le monde, et déclarés (car versés sur les comptes bancaires), ont été alloués. Il s’agit de 17.6 millions $ sur la même période (sauf 2007 et 2008 quand les dons individuels ont été omis des déclarations – là, on se dira aussi, que voient les autorités ?). Il s’agit donc de 11 ans sur les 13 de 2006 à 2019.

Vous trouverez la même chose ci-contre, représenté en pourcentages. Les buts sont listés à gauche ; on trouvera les régions du monde, Europe, États-Unis et Canada, Asie, Moyen-Orient et le monde totalisant les autres entêtes de colonnes.

Les codes de couleur sont les mêmes. Les trois lignes du bas résument le tableau. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : seuls 2,22 % des dons individuels ont été alloués à du social et de l’humanitaire. En d’autres mots, dans la période qui nous concerne ici entre 2006 et 2019, sur votre don personnel et individuel de 100 $ pour les œuvres d’A., seuls 2.22 $ y ont été consacrés. Car le restant, soit 31 $ ont été consacrés à renforcer l’activité entrepreneuriale de l’organisation et 66 $ ont soit été dépensés pour le compte d’autres dépenses, soit ont été consacrés à d’autres activités inconnues ou simplement investis.

D’ailleurs, parlant de dons individuels, voici un aperçu des dons supérieurs à 10 000 $ et leur attribution : sur la période de 13 ans, 286 personnes ont donné 6,9 millions de $, certains jusqu’à 150, 250, voire 400k. Le graphique représente comment ces dons ont été alloués : 5% en social (dont 0% en secours), 25% pour le business et 73% pour des buts comme autres dépenses, autres activités, construction de bureaux et fonds de dotation. C’est le pire des graphiques de tout le lot : beaucoup de gris…

Vous avez peut-être toujours des réserves en supposant que les établissements de santé et d’éducation font partie de l’activité de bienfaisance. Même en supposant que ce soit le cas, regardez sur les graphiques l’opposition entre les parties en couleur et les parties en gris. Cela améliorerait l’image mais le gros du problème visible à l’œil nu demeurerait sensiblement le même, soit l’appropriation massive des dons à d’autres objectifs que les objectifs sociaux et humanitaires affichés. FIN

________________________________________
NOTES

[1] https://pmnrf.gov.in/en/

[2] En effet, des fonds reçus pour un but X peuvent être dépensés pour un but Y, sans relation entre les deux. Et je ne parle pas ici par exemple, d’allouer des fonds collectés pour des victimes d’inondations et de les consacrer à des victimes de sécheresse. Non, comme nous le verrons, il s’agit souvent de fonds collectés pour des buts “humanitaires” et utilisés pour des buts “entrepreneuriaux ou d’épargne”.

[3] Selon le centre français des fondations https://www.centre-francais-fondations.org, un fonds de dotation est créé :

  • avec pour vocation essentielle de capitaliser des ressources dont les revenus seront utilisés;
  • dans le but de mener et financer des activités d’intérêt général, et/ou de redistribuer des fonds au profit d’un organisme sans but lucratif accomplissant des œuvres et missions d’intérêt général;
  • par une ou plusieurs personnes physiques ou morales, de droit privé (entreprise, particulier, association, fondation etc.) ou de droit public (Etat, établissement public, etc.);
  • pour un durée déterminée ou indéterminée.

(Note de l’auteur : Tout dépend bien entendu de comment ce fonds est utilisé. Vu la transparence des déclarations et la nature de la gestion des fonds par ailleurs, il convient d’être circonspect.)

[4] De plus, l’équipe d’Embezzling the world constate des écarts entre les déclarations du MA Center californien et les déclarations FCRA de l’organisation en Inde. Le Centre américain déclare des millions de dollars comme dons, lorsque le formulaire MA Math FCRA mentionne 0 dollar reçu. Elle invite tous les centres du monde à faire la même consolidation. https://embezzlingtheworld.blogspot.com/2015/01/financial-discrepancies-between-indian.html

 

EXCERPTS

Following are the preface, two excerpts and the table of content

EXTRAITS

Suivent la préface, deux extraits du livre et sa table des matières

Introduction by Dr Jacques Vigne

Excerpts from the introduction to the book

Préface du Dr Jacques Vigne

Extraits de la préface

Critical reading of the biography

Thanks to the author's hindsight and experience, his free interpretation of Amma's biography is enlightening as it lays bare the reality of the person, her evolution and realisations with great simplicity and clarity.

Relecture libre de la biographie

Grâce au recul et à l'expérience dont il dispose, l'auteur livre un interprétation libre de la biographie d'Amma qui est d'autant plus éclairante qu'elle met à nu avec clarté et sobriété la réalité de la personne, son évolution et ses réalisations.

Analysis of foreign contributions

The declared foreign revenue of organisations is available to the public on the Home Ministry's website. They give a pretty precise notion of what has been done with donations from 2006 to 2019.

Analyse revenus étrangers

Les déclarations de revenus étrangers disponibles au public sur le site du fisc indien permettent d'établir assez précisément l'utilisation des fonds entre 2006 et 2019.

 

Table of contents

 

Table des matières